Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 65

.:: Chapitre 65 ::.
Des nouvelles d'Almee

Sorti le 02/07/2008, compilé dans le Volume 8

Histoire :

Brad atterrit sur un toit, accroupit, ses jumelles entre les mains, soulevant un léger nuage de poussière qui lui fait froncer les sourcils. Bien vite, depuis un autre immeuble légèrement plus haut, Pecha fait à son tour un majestueux bond qui le fait arriver aux côtés de son chef qui s’est déjà redressé et approché du bord, reportant ses jumelles longue-portée sur ses yeux, l’air soucieux. Pecha pousse un soupir de lassitude en se relevant, les bras croisés.

(Pecha) : Sans vouloir abuser de ta patience, ce robot n’était pas censé obéir à tous tes ordres étant donné que tu es en possession du boîtier de contrôle ?

Brad abaisse ses jumelles d’un geste sec. Visiblement, il n’a pas retrouvé la trace d’Oy, ce qui le met dans un état de fureur assez inquiétant à voir, même s’il est dissimulé sous une expression presque neutre.

(Brad) : Si… justement, c’est ce qui m’inquiète.

(Pecha) : Moui… à forte raison, il faut le croire.

Brad se retourne vers son interlocuteur en lui présentant le boîtier de contrôle comme une évidence à la situation.

(Brad) : Pas pour ce que tu pense. Le boîtier n’est pas défectueux, j’en suis certain.

(Pecha) : Alors où est le problème ?

(Brad) : Seule Yunda Oy a le pouvoir de détourner ce robot d’une mission directe. Or, cette femme est morte il y a des années… ce qui ne laisse pas beaucoup de possibilités.

Brad range le boîtier dans le holster qu’il a accroché à sa ceinture et s’accroupit à nouveau, posant ses coudes sur ses genoux pour réfléchir. Une expression de doute trahit la certitude du ton sur lequel il s’adresse, mais il reprend néanmoins.

(Brad) : Une mission prioritaire devait être enregistrée dans le programme d’Oy. Une mission enregistrée avant la mienne. Certains éléments ont dû la refaire passer en priorité, je pense, mettant la mienne en stand by.

Pecha part d’un fou rire difficile à contrôler, ce qui fait naître en Brad une forte envie de saisir son acolyte et de le balancer du haut du toit.


(Pecha) : Le premier mec qui se fait poser un lapin par un droïde. Hahahaha !

(Brad) : Tu trouve ça drôle, crétin ?

Pecha se mort les joues pour éviter de trop titiller la susceptibilité de son chef. Un nouveau coup ne le tente pas.
 

(Pecha) : Quel genre de mission prioritaire ?

(Brad) : Excellente question… mais cette mission a dû être enregistrée il y a des années… restée enfouie au fin fond de la mémoire d’un robot de combat high tech pendant si longtemps... Qu’est ce que ça peut bien être ?

Dans le laboratoire secret de Vladimir, Samantha ramasse un vieux caleçon avec une expression de dégoût, ce qui provoque une légère gêne chez le professeur à qui appartient ce trophée, et qui est tranquillement en train de boire un café en pianotant sur son ordinateur.

(Samantha) : On voit que ça manque de présence féminine dans le coin…

(Vladimir) : C’est un reproche ?

(Samantha) : Je t’ai toujours trouvé gonflé de refuser de me laisser rentrer ici… mais maintenant au moins je comprends pourquoi.

Assit à la table d’inox qui remplit un coin de la pièce principale, la tête entre les mains, Engal regarde se dissoudre un cachet d’aspirine dans un grand verre d’eau. Samantha s’approche de lui tout en balançant le vieux caleçon dans le sac poubelle noir qu’elle tient dans son autre main.

(Samantha) : Ca vous intrigue tant ?

Engal redresse la tête dans une expression dépitée.

(Engal) : C’est pas parce qu’on refuse l’hégémonie de la technologie qu’on connait pas l’aspirine…

Samantha rougit de confusion, se rendant compte qu’elle vient de froisser le mage qui détourne son regard d’elle et le replonge dans l’observation de son verre d’eau. Vladimir, ne se retournant même pas pour faire face aux deux autres, se contente de lever une main depuis son bureau.

(Vladimir) : Sam’, ce n’est pas important. Ne t’en fais pas.

Engal se redresse brusquement en renversant sa chaise, manquant de peu d’envoyer valser son verre dans ce mouvement brusque qui surprend Samantha et lui fait pousser un petit cri d’effroi.

(Engal) : Ah toi, viens pas juger de ce qui est important ou pas ! Ca fait plus d’une semaine qu’on se terre dans ce trou à rat, je commence sérieusement à en avoir ras le bol !

La chaise de bureau de Vladimir se retourne pour que le professeur puisse faire face à son interlocuteur.

(Vladimir) : Je suis désolé Engal… simple question de sécurité.

(Engal) : Me la fais pas, hein. On se demande qui a prit qui en otage au final. J’en ai assez de cette ville de fous où les gens se transforment en mercure et où la tête des habitants explose à chaque coin de rue.

Les yeux de Vladimir se retournent vers la télévision où un reportage montre en effet les vestiges du dernier massacre perpétré par l’étrange assassin qui sème la terreur dans la ville. Il pousse un soupir de lassitude et hoche la tête.


(Vladimir) : Je l’admets. Je ne nous fais pas attendre ici seulement pour nous cacher de la Ligue Noire.

Engal écarte les bras d’un geste d’incompréhension, et Samantha pousse un soupir à son tour.

(Samantha) : Il reste connecté sur son ordinateur nuits et jours depuis une semaine dans l’espoir d’avoir des nouvelles d’Almee.

(Engal) : Le gamin robot dont vous m’avez parlé ?

Samantha hoche la tête en saisissant le verre d’Engal et le lui tend. Sans même s’en rendre compte, le mage s’en saisit délicatement et le vide d’une traite, laissant la jeune femme poursuivre ses paroles à l’intention de son fiancé.

(Samantha) : Mais ce n’est pas parce que tu t’acharne que subitement, comme par magie, tu vas voir un quelconque point rouge s’illuminer sur ton écran.

Et alors qu’elle lâche ces mots, un voyant rouge se met à teinter d’un magnifique effet sur la bordure droite de l’écran de Vladimir. Les yeux de Samantha s’écarquillent de surprise tandis qu’Engal pousse un ricanement amusé. Le professeur comprend immédiatement qu’il se passe quelque chose et fait pivoter son siège pour refaire face à son bureau. Ses yeux s’écarquillent à leur tour et un sourire radieux illumine son visage. Il part d’un cri de joie en se redressant de tout son long, les bras en l’air.

(Vladimir) : YAHAAAA !! C’est lui !!

(Samantha) : Qui ? Almee ?!

Vladimir hoche la tête, remué d’excitation, et se met à pianoter sur son ordinateur, des séquences de données défilant au rythme de cette étrange symphonie de clavier.

(Samantha) : Et il va bien ? Que dit-il ?

(Vladimir) : Rien du tout. Ce n’est pas un message qu’il envoi. C’est simplement son routeur qui s’est remit en route.

Samantha affiche une expression surprise tandis qu’Engal, qui semble n’y rien comprendre, se détourne complètement de la conversation pour aller s’asseoir sur le canapé faisant face à la télé.

(Samantha) : Son RPA ? (Routeur de Position Automatique) Mais je croyais qu’il était déconnecté depuis qu’Almee avait été réparé au CRTN.

(Vladimir) : Oui, c’est ce que je croyais aussi. Mais pour une raison inconnue, il s’est réactivé.

Engal se saisit de la télécommande de la télévision et pianote dessus, tentant de changer de chaîne, mais rien ne se passe. Il regarde l’appareil d’un air incongru, comme s’il essayait de lire au travers la manière dont il fonctionne, et finit par le jeter de côté, lassé de ne pas savoir le faire marcher, ne se rendant pas compte qu’il le tenait simplement à l’envers. Il passe un bras derrière le canapé et tourne la tête vers le Vladimir.

(Engal) : Et en langage non hermétique, ça veut dire quoi ?

Samantha se retourne vers Engal en affichant un air amusé.

(Samantha) : Que Vladimir a réussi à localiser Almee.

(Engal) : Et où est il ?

Vladimir continue de pianoter sur son écran jusqu’à ce que les données s’arrêtent de défiler. Le professeur se gratte la tête, l’air perplexe, et répond finalement de lui-même à la question qui lui était adressée.

(Vladimir) : Je ne sais pas ce qu’il y fait, mais il est actuellement à Eidolon.

(Engal) : Eidolon ? Parfait… ça va me donner une bonne occasion de rentrer au pays.

Samantha s’approche de la chaise de Vladimir et pose ses mains sur ses épaules, parvenant à capter par ce simple geste toute l’agitation qui anime son fiancé à l’idée de retrouver Almee.

(Samantha) : Inutile de te demander si tu vas aller le chercher.

(Vladimir) : Comme le dit Engal, nous avions de toute façon prévu d’aller à Eidolon… je lui ai fais une promesse.

Engal lève les yeux au ciel tandis que Samantha pousse un léger soupir puis finit par afficher un sourire charmant.

(Samantha) : D’accord, mais cette fois je t’accompagne. Je vais préparer le vaisseau de mon père, ce sera plus pratique.

Chapitre 64 Chapitre 65

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict