Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 44

.:: Chapitre 44 ::.
Samantha Stewart

Sorti le 17/01/2007, compilé dans le Volume 5

Histoire :

Quicksilver fixe Engal droit dans les yeux, son expression sombre restant complètement inchangée. Le mage porte son regard sur le pommeau de son arme dont la lame est brisée. Il n’a quasiment plus de force, il est épuisé et désarmé : les chances de survie en combat lui semblent à présent bien minces. Morlan s’approche alors d’Engal et se plaque à nouveau contre lui, ce qui fait froidement sourire leur adversaire qui reconnaît là leur première stratégie.

(Vladimir) : Inutile de sourire bêtement, vous savez qu’il est capable de me tuer.

(Quicksilver) : Ca ne lui servirait à rien.

Morlan pousse un soupir de déception face au manque de réactivité de son interlocuteur. Il ne change cependant pas d’idée d’échappatoire, Engal finissant par lui plaquer le reste de son arme contre la gorge, presque à contrecœur.

(Vladimir) : Si vous ne craignez pas la possibilité qu’il puisse me tuer, pourquoi ne pas avoir  agit la première fois ?

Quicksilver décroise ses bras de son poitrail avant d’hausser les épaules d’une manière effrontée et de plaquer ses mains dans les poches de sa longue veste noire.

(Quicksilver) : Ce n’est pas pour la raison que vous pensez…

Le visage de Quicksilver se fend d’un sourire sans émotion, plus cruel que sympathique, en baissant le regard vers les corps inanimés des gardes de la Ligue Noire qui accompagnaient ses clones.

(Quicksilver) : Je devais cacher mes capacités à ces raclures… tout comme à vous. Mais vous m’avez contraint à vous les divulguer, ce qui me suffirait amplement comme raison pour vous tuer tous les deux sans sommation supplémentaire… en temps normal, je veux dire.

Le regard d’Engal s’assombrit tandis que Vladimir plonge dans une mer d’incertitude. Soudainement, Quicksilver disparaît de leur champ de vision. Ne reste de sa présence qu’un vague nuage de poussière qui s’en va au vent. Le duo n’a même pas le temps de réagir qu’il se prend un énorme coup de plein front. Engal chute lourdement d’un côté, manquant de peu de trancher la gorge de Vladimir dans son mouvement, tandis que le professeur s’écroule de l’autre et glisse sur près de cinq mètres, déchirant son manteau et s’ouvrant tous le bras gauche. Alors qu’il redresse la tête pour voir ce qui vient de les frapper, il se sent saisit au collet et soulevé du sol. Ses yeux ne lui jouent pas des tours : c’est bien Quicksilver qui est là et qui vient de l’attraper.

(Vladimir) : Qu… comment est ce possible ?

(Quicksilver) : Ca c’est de la célérité, professeur, n’est ce pas ?

Engal se redresse sur son séant et tend la main vers son allié pour l’empêcher de tenter le moindre mouvement de défense irréfléchi.

(Engal) : Ne bouge pas ! Ce type c’est…

Le regard glacial de Quicksilver se tourne vers Engal qui frissonne légèrement en le croisant tant il le trouve vide et mort.

(Quicksilver) : Tu disais ?

Se remettant sur ses jambes, le mage est chancelant. La fatigue se fait de plus en plus forte et il a du mal à garder ne serait ce que les yeux ouverts.

(Engal) : Oui… ce n’est ni de la magie, ni de la technologie n’est ce pas ?

Le regard de Quicksilver devient plus sombre et il repose Vladimir au sol, sans toutefois lui lâcher le col, mais toute son attention macabre est tournée vers Engal qui commence à s’approcher légèrement, pas à pas, tout en continuant à parler.

(Engal) : J’en ai entendu parler… ces gens qui… ont en eux un pouvoir bien spécifique, qui leur est propre. Certains érudits pensent que ce serait l’héritage génétique d’une puissance ancienne dont disposaient les hommes il y a des milliers d’années… qui leur permettait d’accomplir des choses miraculeuses. Cette énergie incroyable se serait dissipée au fil du temps, sauf dans les gènes de quelques chanceux.

Sans lâcher Vladimir, Quicksilver commence à se rapprocher d’Engal. Tout sourire à disparu de son visage. Le professeur est littéralement trainé dans le mouvement de son interlocuteur, et manque à plusieurs reprises de perdre l’équilibre. Son agresseur s’arrête à environ trois mètres du mage, le laissant reprendre son souffle.

(Vladimir) : C’est… fou… y a-t-il des preuves scientifiques de ce que vous avancez ?

Engal écarquille les yeux et s’empourpre légèrement, piqué.

(Engal) : « Des preuves scientifiques ? » ! Je reconnais bien là le technopartisan qui a besoin de « preuves scientifiques » pour expliquer des choses avérées !

Vladimir est d’abord surpris de cette réaction, puis commence lui aussi à s’énerver, ses sourcils se fronçant d’une manière menaçante.

(Vladimir) : De un, je ne suis pas un technopartisan, l’avez-vous déjà oublié ? De deux, n’importe quel être humain qui a un peu de jugeote se fierait à une science exacte pour déterminer ce genre d’allégations, qu’il soit technopartisan ou pas !

(Engal) : Ah bon ? Parce que le savoir des érudits n’est pas une science exacte ?

(Vladimir) : Non monsieur !! Le savoir des érudits, c’est de la prophétisassions sans fondements ! Ca n’a aucune valeur recevable ni même officielle !

(Engal) : Tu es d’un pitoyable, je n’en reviens pas ! Même pas fichu de respecter le savoir des ancêtres ! Pourtant, s’il y a bien des êtres qui le méritent, ce sont eux !

Quicksilver, qui a suivit cette joute verbale en tournant la tête de droite à gauche pour aller d’un interlocuteur à l’autre ferme les yeux, comme pour montrer une légère lassitude, puis se met soudain à crier à son tour.

(Quicksilver) : CA SUFFIT MAINTENANT !!!

Les deux autres ont un mouvement de recul, Vladimir manquant de peu de tomber une nouvelle fois car son agresseur le retient.

(Quicksilver) : Vous êtes tous les deux de beaux couillons, y en a pas un pour rattraper l’autre. Vous rendez vous seulement compte de la situation dans laquelle vous vous trou…

L’homme de la Ligue Noire n’a pas le temps de finir sa phrase qu’un immense bruit se fait entendre derrière lui. Il tourne légèrement la tête pour voir de quoi il s’agit et n’a pas le temps de réagir alors que le pare-choc d’un antigrav léger lui arrive droit dessus. Surpris, il relâche sa main du col de Vladimir, qui peut se jeter en arrière pour éviter le choc de justesse. Quicksilver, quant à lui, est littéralement projeté avec une violence inouïe et va s’emplafonner contre le mur de l’immeuble où il éclate littéralement en une vague de mercure retombant au sol en de petites flaques éparses de couleur argentées.
Engal écarquille les yeux face à cette arrivée fracassante d’un secours inattendu. Il relève la tête vers le cockpit du véhicule pour constater la présence d’une magnifique jeune femme aux cheveux longs si clairs qu’ils paraissent presque blancs. Elle a un visage fin joliment mis en valeur par un maquillage léger et des yeux gris magnifiques. Elle porte un blouson en jeans de couleur militaire et de lourds bracelets d’acier aux poignets, surmontant des gants de cuir marron. Vladimir se redresse en souriant.


(Vladimir) : Samantha !! Qu’est ce que tu fais là ?!

(Samantha) : Espèce d’idiot !! Je suis venu te chercher, pardi ! Heureusement que tu n’avais pas coupé ton portable ! J’ai pu te retrouver grâce à l’émetteur GPS que tu as bricolé pour moi. Ne me refais plus jamais une peur pareille, imbécile !!

(Vladimir) : Ah ça… je suis désolé…

(Samantha) : Ben tu peux !

Engal, semblant complètement dépassé, tourne la tête de gauche à droite pour tenter de se mettre les idées au clair.

(Engal) : Euh… qui êtes vous exactement ?

La jeune femme tourne la tête vers lui et lui offre un sourire franc et confiant.

(Samantha) : Je suis la malheureuse fiancée de cet aimant à emmerdes.

Elle montre dédaigneusement Vladimir d’une main molle sans tourner la tête vers ce-dernier qui affiche une expression mi-dépitée, mi-colérique. Engal manque de peu d’éclater de rire en pensant qu’une minute avant il allait certainement se faire tuer et qu’à présent il assistait à une scène de ménage. Le mage baisse la tête, un peu gêné, et la redresse à l’intention de Vladimir.

(Engal) : Tu vas pouvoir t’enfuir à présent… je n’ai plus les moyens de te constituer prisonnier.

Le professeur se redresse et s’approche du véhicule, un léger et énigmatique sourire imprimé sur les lèvres. Avant d’y monter, il fait un signe de tête à l’attention du mage.

(Vladimir) : Je ne partirai pas sans vous.

(Engal) : Qu’est ce que tu racontes encore comme conneries ?

Vladimir monte dans l’antigrav sans ajouter un mot de plus et Samantha démarre les moteurs. Au même moment, les flaques de mercure jusqu’à présent inanimées commencent à onduler et à se mouvoir, reprenant une certaine forme d’activité. Le trio ne semble pas remarquer que Quicksilver est sur le point de se reconstituer.

(Vladimir) : Vous préférez rester là ?

Engal semble hésiter un moment, puis il pousse un soupir de déconcertement. Alors qu’il approche sa main du véhicule pour monter à son bord, la flaque de mercure la plus proche s’agite d’une manière plus intense, et la partie supérieure du corps de Quicksilver en émerge, reluisant d’une éclatante lueur argentée. Son bras s’allonge à une vitesse ahurissante, se terminant en une pointe acérée qui transperce Engal de part en part au niveau de l’épaule. Le mage crache une gerbe de sang sous les hurlements de Samantha, avant de chuter vers l’avant, perdant conscience. Vladimir rattrape alors le mage au dernier moment, avant qu’il ne chute de tout son long sur le sol, et le fait basculer par-dessus la portière de l’antigrav. Engal s’effondre sur la banquette arrière et Vladimir saute à bord, le regard paniqué. Quicksilver semble sortir de cette flaque concentrée comme un nageur sortirait d’une marre d’eau.

(Vladimir) : Démarre, Sam’, DEMARRE !!!

Sans hésiter une seule seconde, la femme met le contact aussi sec et effectue un demi-tour si brusque qu’elle manque de peu de s’emplafonner dans le mur d’enceinte de la cour. Quicksilver apparaît comme coincé dans sa propre flaque, sa reconstitution semblant lui demander plus de temps qu’il ne lui en a accordé. En un tour de main, l’antigrav est déjà loin, et il le regarde s’en aller dans une expression de rage qui parvient à se distinguer malgré la couche de mercure le recouvrant…

43 45

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict