Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 40

.:: Chapitre 40 ::.
Quicksilver

Sorti le 05/12/2007, compilé dans le Volume 5

Histoire :

Lexus, le teint blême, se laisse retomber au fond de son fauteuil, son comtalk allumé entre les mains. Tremblant, il le porte à son oreille. Un silence de mort s’abat dans le bureau en ruines jusqu’à ce que le dirigeant de l’Aritark daigne enfin témoigner de sa présence.

(Lexus) : O… oui… monsieur Dalan ?
 
La voix surgissant du haut parleur est forte mais d’un calme effrayant et d’un ton sombre, légèrement rauque.

(Dalan) : Monsieur Lexus… alors, Morlan est il arrivé jusqu’ici ?

(Lexus) : Oui monsieur…

(Dalan) : Parfait. Vous l’avez immédiatement mis en condition, j’espère. Mon homme de main ne devrait pas tarder à arriver pour le récupérer.

Lexus affiche soudainement une expression à mi-chemin entre l’effroi et le désarroi le plus complet. Son œil se fronce, comme s’il venait d’apprendre une nouvelle qui le mettait hors de lui et qu’il essayait de contenir sa rage.

(Lexus) : Comment ça ? Morlan… devait rester ici. C’est ce que vous aviez dit…

(Dalan) : Ne jouez pas les imbéciles, Lexus. Les capacités de Morlan seront mises à profit pour mon grand projet. Qu’avez-vous à opposer à ma décision ?

Lexus est prit de tremblements de rage, mais la peur le tiraille également. Son expression est totalement incohérente.

(Lexus) : De… de toute manière… il… Morlan a…

(Dalan) : Quoi ?!

La voix de Dalan se fait soudainement tonitruante, si bien que Lexus est obligé d’éloigner le comtalk de son oreille. Il le regarde d’un air perplexe, ne sachant pas trop s’il doit continuer à parler dedans ou raccrocher avant de prendre ses jambes à son cou. Il ferme les yeux l’espace d’une seconde, et lorsqu’il les rouvre, son comtalk n’est plus entre ses mains. Il se redresse soudainement en poussant un cri de surprise, constatant la présence d’un inconnu dans la pièce, se tenant à cinq mètres de lui, devant la baie vitrée explosée, semblant contempler les bâtiments extérieurs. Assez grand, l’étranger porte un long manteau de cuir noir qui atteint presque le sol et des cheveux mi-longs de la même couleur, raides, retombant sur son visage blafard et maigre où s’imprime une inexpressivité presque effrayante. Il tient entre ses mains le comtalk de Lexus, le portant à son oreille d’un geste précis et sec.

(Lexus) : Hé !! Qui êtes v…

(Quicksilver) : Monsieur Dalan ? Quicksilver au rapport. Monsieur Lexus semble en proie à l’incertitude de vous révéler son échec. Vladimir Morlan a disparu.

La voix de Dalan est si forte et furieuse que Lexus l’entend à l’autre bout de la pièce où il semble s’être terré après avoir remarqué que l’inconnu était l’homme de main envoyé par Dalan.

(Dalan) : Comment ça ? Disparu ?

(Quicksilver) : En effet. Vu l’état des lieux, je dirais qu’un intermédiaire est intervenu. Sans doute un mage. Je détecte des émanations magiques dans l’air. Il en est chargé.

La voix de Dalan semble se calmer. Il y a un long moment de silence.

(Dalan) : Un seul intermédiaire ?

(Quicksilver) : Oui. C’est sûr et certain.

Lexus, tremblant, se redresse et approche d’un pas claudiquant et incertain, comme un petit enfant qui sait qu’il a fait une bêtise et qu’il va recevoir la fessée.

(Lexus) : Mais je ne vous ai encore rien dis de tout ça !

Quicksilver redresse sa main gantée de cuir pour barrer l’avancée de Lexus et lui faire signe de se taire.

(Quicksilver) : Mes analyses sont sans appel, monsieur Dalan.

(Dalan) : Bien… prenez les choses en main, dans ce cas.

Sans rien répondre, Quicksilver referme le comtalk d’un geste vif et l’envoi entre les mains de Lexus qui manque de peu de le faire tomber au sol sous la surprise. Le regard de Quicksilver se pose alors sur lui, et même s’il est toujours aussi neutre, on peut y déceler une lueur de dégoût.

(Quicksilver) : Monsieur Dalan n’est pas satisfait. Moi non plus. Je n’ai pas besoin que votre incompétence alourdisse encore ma dette.

(Lexus) : Je… ne comprends rien à ce que vous dites…

Quicksilver hausse les épaules en affichant un regard froid sur l’ensemble du bureau.

(Quicksilver) : Peu importe… je n’ai pas besoin de votre avis sur la question… mais sachez seulement que l’envie que j’ai de vous tuer est plus qu’irrésistible.

Lexus affirme un mouvement de recul en tremblant. Il courbe l’échine, prêt à s’enfuir en courant au moindre geste suspect de son interlocuteur.

(Quicksilver) : Cessez de vous comporter en cabot. Vous savez très bien que je ne le ferais pas. Dalan ne m’en a pas donné l’ordre.

(Lexus) : Monsieur Dalan !!

Le corrige-t-il presque automatiquement, comme s’il s’était lui-même obligé pendant des mois à employer cette appellation à chaque fois qu’il parlait du chef de la Ligue Noire.

(Quicksilver) : Je le nomme comme je veux lorsqu’il n’est pas là. Une pseudo-affirmation de liberté. Tsss.

Quicksilver se met alors à remuer doucement la main dans l’air, en fronçant les sourcils, comme pour y saisir des choses invisibles. Lexus le regarde d’un air incrédule, comme il aurait posé son regard sur un fou.

(Quicksilver) : Ces émanations magiques sont très puissantes, mais peu contrôlées. Il laisse des miettes de pain derrière lui pour qu’on retrouve sa trace. Seulement, c’est involontaire…

(Lexus) : Vous allez retrouver le professeur Morlan ?

(Quicksilver) : Il doit vous rester une vingtaine d’hommes alloués par la Ligue Noire. Nous allons les mettre à profit. Je ne me servirais pas de votre garde de l’Aritark si elle a la même efficacité que vous.

Lexus pousse un grognement presque sourd. Il n’aime pas beaucoup l’humiliation, même s’il ne fait pas grand-chose pour redorer son blason. Il se contente de serrer les poings en regardant la chevelure ébène que lui présente son interlocuteur qui lui tourne inlassablement le dos.

(Quicksilver) : Est-ce qu’il ne sera pas trop difficile pour vous de demander aux hommes de la Ligue de se séparer en quatre groupes de cinq montés dans des transports aéroportés ? Je veux qu’ils arpentent les quatre secteurs d’Hydrapole : Nord, Sud, Est et Ouest.

Il concentre son regard sur l’horizon, remuant à nouveau sa main en l’air pour déceler les émanations magiques.

(Quicksilver) : Envoyez plutôt deux escouades dans le secteur Sud. Oubliez l’Ouest. Ils ne sont pas allés là-bas.

(Lexus) : Vous en êtes sûr ?

(Quicksilver) : Faites ce que je vous dis !!

Lexus a un mouvement de recul face à l’énervement de Quicksilver qui s’est retourné d’un geste vif, comme pour frapper le chef de l’Aritark.

(Lexus) : B… bien…

Le doigt ganté de Quicksilver se redresse et se pointe entre les deux yeux de Lexus. Celui-ci semble y déceler une espèce de lueur argenté mouvante, comme une vaguelette, qui se dissipe très rapidement en « roulant » le long des phalanges. Il cligne plusieurs fois des yeux pour s’assurer qu’il ne vient pas d’halluciner. 

(Quicksilver) : Vous n’avez pas le droit à l’erreur cette fois, compris ?

(Lexus) : Oui…

Quicksilver sort une carte de donnée de sa poche et l’insère d’un geste rapide dans le comtalk de Lexus, qu’il lui a à nouveau subtilisé sans même qu’il ne s’en rende compte, ce qui fait naître un nouveau mouvement d’effroi chez le chef de l’Aritark.

(Quicksilver) : Vous avez à présent le moyen de me contacter à tout moment. Faites des analyses scanners de la ville, secteurs par secteurs. Si vous décelez quelque chose d’anormal, informez en l’équipe de recherche la plus proche, et moi aussi… où que je sois…

(Lexus) : B… bien… mais… vous arriverez à temps sur les lieux ?

Quicksilver affiche un petit sourire en coin qui vient enfin perturber son masque de neutralité très dérangeant.

(Quicksilver) : J’y serais suffisamment vite…

Il se retourne alors d’un geste vif, s’accroupit devant la baie vitrée et disparaît soudainement du regard de Lexus qui pousse un petit cri de surprise, le cherchant partout du regard, la bouche entrouverte et bégayante.

A trois cent mètres plus loin, sur le toit d’un bâtiment de stockage, Quicksilver réapparaît, comme freinant une course effrénée, véritable ombre réapparaissant soudainement à la lumière du jour. Il s’accroupit, renifle l’air tout en remuant inlassablement sa main devant lui. Soudainement il s’arrête et son visage s’assombrit.

(Quicksilver) : La chasse à l’homme commence…

En un mouvement rapide des jambes, il se redresse et s’élance à nouveau à une vitesse dépassant la compréhension humaine, le faisant littéralement disparaître aux yeux de n’importe quel spectateur… 

Chapitre 39 Chapitre 41

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict