Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 26

.:: Chapitre 26 ::.
Ce que peut la science...

Sorti le 29/08/2007, compilé dans le Volume 3

Histoire :

Vladimir se redresse de toute sa hauteur, scrutant les moindres fais et gestes de Willem pour être en mesure de réagir de la bonne manière au bon moment.

(Vladimir) : Comment as-tu su que je me trouvais là ?

Willem affiche un sourire hautain en faisant tournoyer son couteau entre ses doigts.

(Willem) : C’était facile. C’est toi qui m’a mis la puce à l’oreille quand tu m’as dis que je ne savais pas à partir de quel moment j’étais face à un hologramme tant que je ne l’avais pas touché… j’ai alors réalisé que ton crétin de garde du corps est intervenu juste au moment où j’allais te toucher pour prendre le parchemin… en réalité, c’est la première fois que nous nous rencontrons réellement.

Vladimir baisse la tête, un peu honteux que son stratagème n’ai pas duré plus longtemps.

(Willem) : Le gamin était censé faire diversion en traînant un hologramme dehors pendant que tu te planquais à l’étage du magasin… c’est assez astucieux.

(Vladimir) : En réalité, j’ai fais l’échange à partir du moment où je t’ai vu arriver avec ton compagnon au travers de la fumée. C’est une tactique qu’Almee et moi avons l’habitude de mettre en pratique lorsqu’il assure ma protection…

Willem pointe Vladimir de son couteau, se rapprochant de quelques pas du professeur qui recule alors jusqu’à être acculé contre le mur. Voyant un peu d’effroi dans les yeux de son adversaire, Willem est ravi de constater qu’il n’est pas en face d’un hologramme cette fois.

(Willem) : Pour une fois, votre plan tombe à l’eau.

(Vladimir) : Heureusement, je ne compte pas seulement sur Almee pour assurer ma survie.

Le professeur sort un nouveau bloc-mirage de sa poche et le pointe vers Willem d’une main un peu tremblante. Le membre de l’Ordo affiche une expression de surprise à la vue de cet engin.

(Vladimir) : N’oublie pas que ça peut tirer un coup. Un coup me suffira dans un espace aussi réduit, même si je vise mal, et je te vois mal faire des cabrioles pour l’éviter avec ton épaule dans cet état.

Willem affiche un sourire et continue à avancer petit à petit vers sa proie. Sans hésiter un seul instant, Vladimir enclenche le bouton de tir sur la télécommande qu’il tient dans sa main droite. Au même moment, Willem fait un mouvement rapide du bras, donnant un coup dans la main de Vladimir pour dévier la trajectoire du tir du bloc-mirage. Vladimir le laisse retomber au sol en affichant une mine plutôt inquiète, transpirant à grosses gouttes.

(Willem) : Dans un espace aussi réduit, je n’ai aucun mal à rentrer en contact avec toi pour t’empêcher de tirer…

Sans ajouter plus de mot devant l’expression effrayée de Vladimir, Willem lève son couteau, prêt à l’abattre sur sa proie, quand une voix provenant juste de sa gauche l’interpelle, bloquant son mouvement.

(Voix) : Eh, vous là !!

Willem tourne vivement la tête, effrayé, vers cette voix, et constate avec un certain étonnamment la présence d’un second Vladimir juste à ses côtés, qui vient de parler. Sans qu’il ait le temps de réagir, le premier Vladimir qu’il était en train de menacer lui balance un énorme coup de poing en plein visage. Willem tombe au sol en se tenant la mâchoire, alors que Vladimir lui donne à présent un coup de pied dans le ventre, pour le calmer une bonne fois pour toute. Le rouquin crache une gerbe de sang, sans comprendre ce qu’il vient de lui arriver.

(Vladimir) : Un petit aperçu de ce que peut la science, espèce d’imbécile.

(Willem) : Qu… comment t’as… ?

Vladimir commence à s’éloigner de Willem, et se retourne avant de sortir, lui montrant du doigt le second Vladimir toujours présent de l’autre côté de la pièce. Willem tourne sa tête vers les pieds de ce personnage, et constate qu’il provient du bloc-mirage que Vladimir avait fait tomber au sol l’instant d’avant, lorsque le tueur roux avait dévié le tir. Un hologramme. Willem retourne son visage vers le vrai Vladimir qui brandit fièrement la télécommande et presse sur un petit bouton, ce qui déclenche un mouvement des lèvres chez l’hologramme, et sa voix qui retentit.

(Voix) : Eh, vous là !!

Le professeur lève ensuite les yeux au ciel en voyant Willem exploser de rire. Le rouquin, beau joueur, constate avec plaisir qu’il a encore été mené en bateau.

(Willem) : Comme quoi t’avais raison, l’ « esprit peut tout »! Si je n’avais pas réagis par reflexe à l’interjection de ton hologramme, tu serais mort à l’heure qu’il est.

(Vladimir) : Peut être…

Le professeur tourne les talons, alors que Willem se redresse en prenant appui sur le mur, essuyant le sang qui coule de sa bouche du revers de sa main.

(Willem) : Hey !

Vladimir pousse un soupir, et sans se retourner vers son adversaire, reprend la parole.

(Vladimir) : Tu n’es plus en état de te battre, laisse tomber.

(Willem) : Non, c’est pas ça… regarde.

Vladimir tourne juste sa tête, puis ses yeux s’écarquillent et tout son corps pivote alors sur lui-même. Willem tient le parchemin entre ses mains, et le brandit fièrement en affichant un sourire satisfait, toujours aussi provoquant.

(Willem) : Aussi grand scientifique que tu es, tu ne pouvais quand même pas deviner que j’étais un pickpocket très doué avant de rejoindre l’Ordo Arakis. Des coups de poings comme tu en donne, j’en ai reçu des centaines de millier. C’est dans ces moments là qu’il est le plus simple d’attraper ce que l’on veut.

Vladimir avance de quelques pas et se montre soudain hésitant lorsque Willem tourne un nouveau couteau vers lui.

(Vladimir) : Et quel intérêt de me le dire maintenant que tu as volé la carte ? Tu la gardais sans problème si je ne m’en étais pas rendu compte.

(Willem) : Ca, c’est le plaisir du voleur, je pense… je jubile à chaque fois que je vois l’expression de frustration sur le visage de mes victimes. Et de toute manière, tu compte faire quoi pour me la reprendre ?

Vladimir analyse toutes les possibilités qu’il a, mais n’ayant plus le moindre gadget dans ses poches, ni d’armes, il ne peut que se contenter de pousser un soupir et de lever les bras en l’air lorsque Willem vient lui plaquer son couteau dans le dos pour le faire avancer, le prenant en otage.

(Willem) : Tu vois que tu sais te montrer obéissant dès qu’il s’agit de ta propre peau.

Vladimir hoche la tête en signe de dénégation et d’amertume. Il suit les indications que lui force à prendre Willem à contrecœur, mais n’a pas le choix. Ils descendent alors les escaliers qui donnent sur le magasin, et par extension sur la rue.

Dans un nuage de fumée, Almee et son adversaire se font dos, chacun encore placés dans la position de combat qu’il a adopté au moment de porter l’estoc à son adversaire. Immobiles, ils semblent attendre pour toujours. Une goutte de sang tombe aux pieds d’Almee… mais c’est finalement Raven qui s’effondre alors que son flan se déchire sous un jet puissant de liquide sanguin. Même sa tenue de combat cybernétique ne l’a pas protégé de la puissance de son adversaire.
Cependant, Almee porte la main à sa poitrine, à l’endroit où se situe l’encoche de sa batterie. C’est juste à cet endroit que Raven l’a frappé, et un liquide étrange, froid et gris comme du mercure, commence à s’écouler de sous la peau, par l’entaille.


(Almee) : Oh non… ma batterie.

Almee plaque sa main sur sa poitrine pour limiter l’écoulement de ce liquide et se retourne, paniqué, vers la boutique de l’antiquaire, sachant que Vladimir est caché à l’intérieur et qu’il est le seul à pouvoir arranger ça. Il commence à s’avancer vers la porte, mais s’arrête, constatant avec effroi que c’est Willem qui sort en tenant Vladimir en otage.

(Almee) : Et merde…

Il chancèle quelque peu, se tenant la tête, puis soudain une forte douleur en émerge, qui le fait tomber à genou en gémissant. 
De son côté, Raven se redresse en prenant appui sur son sabre, puis, ne parvenant pas à se stabiliser, retombe lourdement sur son postérieur et s’allonge sur le dos en haletant.
Voyant son état, Willem est surpris.


(Willem) : Bah alors Raven ? T’as perdu la main ?

(Raven) : Ce gosse est fort... c’est un réploïde. Il a retiré un truc de sa nuque et dès ce moment là, il avait au moins mon niveau.

Vladimir tique à l’audition de cette dernière phrase et tourne des yeux écarquillés vers Almee qui s’est relevé et chancèle dans sa direction. Se tenant le cœur d’une main, et la tête de l’autre. Willem se tourne vers lui, surpris que le gamin ose s’approcher ainsi alors qu’il a son créateur en otage.

(Willem) : Hey, restes à distance.

Almee continue à approcher sans prendre compte de l’interjection de son interlocuteur et soudain, il relève vers Vladimir et Willem un visage complètement dément. Des yeux écarquillés et plissés dans une expression de folie furieuse, et un sourire sadique imprimé sur les lèvres.

(Almee) : Aargh… argh…

(Willem) : C’est quoi ce délire ?

Vladimir se raidit et est prit de tremblements, commençant à reculer et manquant de peu de s’empaler de lui-même sur le couteau de Willem.

(Vladimir) : Sa série contient un bug majeur… j’avais programmé moi-même un antivirus qui prenait source dans son « inhibiteur de comportement », mais cet idiot l’a arraché pour récupérer ses facultés martiales. Pourtant il savait très bien les risques que cela représentait.

Almee pointe Vladimir et Willem du doigt, passant sa langue sur sa lèvre supérieur en ricanant d’une manière étrange, presque perverse.

(Almee) : Raah… tuer…

Chapitre 25 Chapitre 27

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict