Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 163

.:: Chapitre 163 ::.
Triple fracas

Sorti le 25/05/2011, compilé dans le Volume 19

Histoire :

L’avancée agressive de Dolémi, Kyl et Madner est ressentie avec sérieux par le trio de N-Kar Slice encore valides. Ces-dernier se redressent de tout leur long, faisant crisser les articulations ultra-souples de leurs corps en métal composite. Vladimir gît au sol, secoué par de violents spasmes. Les yeux révulsés, il semble ne plus être réellement conscient. Sa peau est vitreuse et son corps tendu comme une perche. La clé de téléchargement noire qui dépasse de sa poitrine apparaît comme un poignard planté en travers de son cœur. Madner ne manque pas de remarquer l’état du professeur. Il fronce les sourcils avant de tourner son visage dur et carré vers sa fille.

(Madner) : Dolémi…

(Dolémi) : J’ai vu.

D’un geste rapide, Dolémi retire l’énorme bouchon de liège qui maintenait sa calebasse scellée. Un étrange parfum embaumant jaillit de l’intérieur du récipient, envahissant l’espace d’un arôme apaisant et délicat. Kyl ne manque pas de remarquer cette odeur charmante, et tourne un regard attentif vers l’ouverture de la calebasse, curieux de voir ce qui peut se trouver à l’intérieur. Mais il n’a pas l’occasion ne serait-ce que d’apercevoir l’ombre du goulot de celle-ci, car Dolémi a déjà replacé le bouchon de liège sur l’ouverture, sans même qu’il ait eu le temps de la voir effectuer ce mouvement. Entre ses doigts fins, la jeune-femme tient à présent la clé noire qui faisant tant souffrir Vladimir. Kyl fronce les sourcils, tentant de cacher sa surprise derrière l’expression de la défiance. Les spasmes qui agitaient le corps du professeur se sont calmés, le laissant inconscient, le visage camouflé par ses cheveux en bataille, retombant de façon éparse.

(Madner) : Bien joué.

Dolémi affiche un sourire en coin avant de brandir fièrement sa prise devant elle, permettant aux N-Kar Slice de constater que l’objet de leur mission se trouve à présent entre les mains de ces ennemis imprévus. Le hurlement strident et mécanique jaillissant de leurs vocodeurs est suffisamment explicite pour exprimer leur mécontentement face à cette intervention. Les gestes ne tardent d’ailleurs pas à s’ajouter aux sons. Les bras extensibles des N-Kar Slice se mettent à s’agiter furieusement, les lames métalliques leur servant de doigts crissant les unes contre les autres dans un chant menaçant. Des arcs électriques apparaissent et dansent le long de ces câbles remuants, sortes de serpents furieux prêts à répandre la mort au moindre mouvement. Dolémi glisse calmement la clé noire dans la poche arrière de son petit short en jeans, offrant un sourire provocateur aux trois robots qui lui font face. Kyl hausse les épaules en scrutant toujours la calebasse, tentant de percer son mystère.

(Kyl) : Comment tu as fais ça ? Je n’ai rien vu. D’un coup, cette clé était entre tes mains !

(Dolémi) : Le parfum a altéré tes sensations et détourné ton attention. C’est pour ça que tu n’as pas vu la suite. Peu importe pour l’instant, tiens-toi prêt. Ils vont me prendre pour cible.

Alors qu’elle lâche ces mots, elle pivote sur ses talons et se met à courir dans la direction opposée, emportant sa calebasse avec elle en la saisissant par la bandoulière. Kyl, surpris par ce revirement de son alliée, se retourne à la volée, contemplant sa course de dos.

(Kyl) : Qu’est ce qui te prend ?! Tu prends la fuite ?

(Dolémi) : Il faut les éloigner du Penseur ! Concentre-toi sur ce qui vient !!

Et comme si la parole de Dolémi avait été prophétique, deux N-Kar Slice sont quasiment sur Kyl au moment où il se retourne en direction de Vladimir. Le piège de Dolémi n’a visiblement pas fonctionné : l’un des robots reste auprès du professeur, veillant à ce que personne ne l’approche. Le signe du Charme redresse sa lame, prêt à parer tout éventuel coup à son encontre, mais les N-Kar bondissent au-dessus de lui, l’ignorant totalement, uniquement obnubilés par la poursuite de Dolémi, qui détient leur précieuse clé. Madner lance un regard courroucé en direction de Kyl, qui a visiblement eu du mal à suivre l’enchaînement d’actions. Le jeune-homme ne perd pas une seconde de plus. D’un geste précis et ultra-rapide, il fait passer sa lame au travers de l’un des disques d’argent fixé à sa tunique bleue, le décrochant d’un revers de la lame. Imprimant un mouvement rotatif d’une grande force à son épée, il projette le disque à toute vitesse en direction du N-Kar. Le cercle de métal, aux bords visiblement tranchants, se plantent dans la jambe droite du robot, bloquant sa course. La machine furieuse n’a pas le temps de constater ce qui entrave son avancée que Kyl est déjà sur elle, repassant sa lame à la finesse extraordinaire au travers du disque, le relevant de toute sa force. La jambe du N-Kar est soulevée dans le même mouvement, et le robot est projeté en avant, faisant une pirouette avant d’atterrir sur le dos. Le monstre d’acier est toutefois suffisamment agile pour esquiver l’assaut suivant, visant à percer son crâne en plein centre. Le robot roule sur le côté, tout en retirant, d’une main leste, le disque planté en travers de l’articulation principale de son genou. Achevant son geste avec férocité, la machine retourne l’arme à son propriétaire dans un jet à la force surprenante. Kyl fait un pas de côté en grimaçant de surprise, le disque tranchant lui frôlant l’épaule, manquant de peu d’emporter la tête de Nor qui s’envole d’un coup d’aile rapide avant d’aller atterrir quelques mètres plus loin, à l’écart de la zone d’affrontement.

(Nor) : Je ne risque pas d’être d’une grande utilité contre un robot, Kyl.

(Kyl) : Je m’en doute. Reste là, je m’occupe de lui.

(Nor) : KYL !! ATTENTION !!

Le N-Kar, profitant de l’attention détournée du combattant, a fouetté l’air de son bras, prêt à lui trancher la gorge de ses griffes aiguisées. Kyl fait un pas en arrière, évitant d’un mouvement leste l’assaut de son adversaire.

(Kyl) : C’est pas passé loin.

Madner, qui approche d’un pas lourd et mesuré du N-Kar resté auprès de Vladimir, jette un coup d’œil en arrière, voyant Kyl se démener avec son propre adversaire. Il pousse un soupir où se lit une pointe d’inquiétude.

(Madner) : L’un d’eux a réussi à prendre Dolémi en chasse… j’espère que ça va aller.

Le combattant musclé reporte son attention sur sa propre cible, tirant la tête de gauche à droite pour faire craquer sa nuque. Arrêtant son avancée à une distance suffisamment sûre, il constate que le N-Kar le suit avec attention de ses yeux jaunes. Madner lui offre un sourire féroce avant de faire un moulinet de son bras gauche, gonflant ses muscles pourtant déjà proéminents.

(Madner) : Ça fait longtemps que j’ai pas cogné sur quelque chose. J’espère que je ne suis pas trop rouillé !

Dolémi achève sa course dans l’arrière-cour de l’Auberge. Le néon bleu écrivant en lettres luminescentes « L’Epine Bleue » rayonne avec force dans la ruelle adjacente, permettant d’y voir clair malgré la pénombre environnante. La jeune-fille, détendue et visiblement sûre d’elle, se retourne calmement, constatant immédiatement les yeux jaunes et brillants d’un éclat menaçant, qui la fixent depuis l’autre bout de la cour, perdus dans les ténèbres.

(Dolémi) : Je suis ravie de voir qu’au moins un d’entre vous soit arrivé jusqu’à moi !

Le N-Kar Slice ne répond rien. Sa silhouette sombre, s’agitant dans les ténèbres, se déplace lentement, tentant de gagner du terrain sur son adversaire. Dolémi fait glisser sa calebasse au sol, décapsulant une nouvelle fois l’ouverture dans le même mouvement. Immédiatement, l’odeur se répand tout autour d’elle, envahissant l’espace de senteurs délicates. Dolémi inspire cette fragrance à plein poumon, poussant ensuite un soupir d’enchantement.

(Dolémi) : Dommage que tu ne sois pas en mesure de sentir cette merveille. Tu aurais connu un ultime plaisir avant de disparaître.

Une sorte de sifflement, qui pourrait presque passer pour un ricanement mesquin, s’échappe du vocodeur du N-Kar dont les doigts-griffes s’agitent et se frôlent dans des crissements métalliques produisant des étincelles. L’espace nocturne environnant est éclairé un court instant par ces éclats lumineux, révélant l’apparence féroce et serpentine du robot, campé en avant, prêt à bondir en direction de sa proie. Dolémi, elle, reste totalement immobile, sa calebasse calée contre sa jambe droite. Les bras croisés, elle contemple son agresseur d’un air détaché, affichant un sourire satisfait sur son visage fin et adorable. Le N-Kar bondit alors d’un seul coup, avec une précision et une vitesse terrifiantes. Dolémi plisse les paupières à ce mouvement, ne se départant pas de son sourire.

(Dolémi) : Tu as perdu.

Lorsqu’elle rouvre les yeux, une seconde plus tard, ce n’est pas pour voir les griffes du N-Kar lui taillader le corps. En effet, le robot est suspendu en l’air, flottant à près de deux mètres du sol, à quelques pas à peine de sa cible. Il se débat furieusement, mais ses membres semblent être maintenus bloqués dans leur position par une force impalpable. C’est presque comme si un filet d’air ou une toile d’araignée invisible s’était placée entre le robot et sa proie… à présent, le N-Kar est suspendu immobile, tentant de se débattre sans parvenir à se soustraire de cette prise aérienne. Si l’on regarde bien la position du robot, on se rend compte que quelque chose le maintient sans doute en l’air : une chose physique, mais invisible, est en train de l’entraver. Des crissements aigus d’impatience et d’incompréhension jaillissent de son vocodeur. Dolémi se contente de sourire, redressant la main au niveau de son visage. Elle écarte l’index et le pouce avant de les refermer l’un sur l’autre, comme si elle attrapait une chose invisible entre ses doigts. Puis elle tire légèrement sur cet élément incertain, l’amenant au creux de sa main avant de refermer le poing dessus, affirmant ainsi sa prise concrète sur l’objet. Alors qu’elle s’apprête à conclure son mouvement, elle écarquille les yeux. Sur les épaulières du N-Kar apparaissent des sortes de minis-interstices circulaires. Dans un bruissement vif, proche d’un souffle, de petites aiguilles acérées sont projetées en direction de Dolémi, qui est beaucoup trop proche pour pouvoir les éviter. Elle abaisse son poing serré vers le sol, emportant sa prise indiscernable avec elle. Les aiguillons luisants de poison sont alors arrêtés nets en l’air, comme s’ils s’étaient fichés dans un voile ou un mur imperceptible. Le N-Kar pousse un râle strident de mécontentement face à l’échec de son attaque surprise. Dolémi, quant à elle, pousse un soupir de soulagement. Ayant tourné son visage par réflexe au moment de l’arrivée des aiguilles, elle n’a pas pu constater à quel point celles-ci étaient proches d’elle. La jeune-femme se retourne face à son adversaire et constate qu’un aiguillon dégoulinant de poison verdâtre est stoppé à quelques millimètres à peine de son front. Dolémi plisse les sourcils, emportée par un sentiment de colère.

(Dolémi) : Tu as voulu jouer au plus malin ? Disparais !

Saisissant l’air entre chacun de ses doigts, elle tire un grand coup. Un bruissement sourd se fait entendre de toutes parts, comme un voile se déchirant dans l’espace vide de l’arrière cour. Les membres entravés du N-Kar sont ciselés en plusieurs points, comme si une corde invisible, tendue à l’extrême, se resserrait vigoureusement autour d’eux. Un crissement de métal se fait entendre pendant une seconde, vaine tentative de résistance de l’alliage, qui sous la force de friction de cette attaque impalpable, se met à rougeoyer au niveau des points de pression. Un claquement sourd se fait entendre, et le N-Kar vole en l’air, coupé en une dizaine de morceaux. Les parties de son corps, tranchées nettes et désarticulées, retombent ça et là autour de Dolémi dans des bruits plats et brefs. Quelques crépitements électriques discrets viennent agiter les moignons sectionnés avec une propreté et une perfection incroyables. Dolémi pousse un soupir avant de tendre son bras en l’air et de faire un moulinet du poignet, semblant enrouler quelque chose d’invisible autour. Au bout de quelques instants, la masse regroupée et densifiée de ces myriades de filaments invisibles devient peu à peu claire, comme une gaine blanchâtre de filin que l’on enroulerait autour d’une bobine. La finesse incroyable de ces fils est telle qu’ils sont totalement invisibles à l’œil nu tant qu’ils ne sont pas regroupés en une masse compacte… et là encore ils semblent translucides, presque fantomatiques. Dolémi fait retomber ce voile blanchâtre à l’intérieur de sa calebasse avant de replacer le bouchon de liège sur celle-ci. Une fois cela fait, elle tourne un regard attendri en direction du récipient en terre cuite.

(Dolémi) : On a fait du bon boulot, pas vrai partenaire ?

Kyl se laisse glisser avec aisance au sol, roulant sur le côté pour éviter une série de coups de fouets-bras générés par le N-Kar Slice qui l’attaque furieusement, ne lui laissant pas le moindre répit. Bien que le robot ne soit pas en mesure de le constater, son adversaire sourit face au traitement qu’il est en train de subir, et semble s’amuser à esquiver les coups, dansant au milieu des assauts furieux lancés à son encontre. Petit à petit, le signe du Charme gagne du terrain, esquivant avec toujours plus de précision les coups de son adversaire.

(Kyl) : Un robot est trop prévisible. L’ordre de tes attaques, la fréquence de tes coups, leurs directions, tout ça est presque limpide. Je n’ai qu’à poser mes pas sur ton rythme.

Et comme pour ajouter le geste à la parole, Kyl lève le pied, esquivant l’assaut d’un bras visant à lui faucher la jambe. Il rabat avec vigueur son pied au sol, écrasant le poignet de métal qui se retrouve immobilisé sous sa semelle. Kyl ne perd pas une seconde, abattant son épée dans le bras en vue de le clouer au sol. Une fois cela fait, il lâche le manche de son arme et se jette directement à l’encontre de son adversaire, effectuant une magnifique roulade pour éviter un coup de fouet du bras encore libre. Reprenant appui sur ses jambes, il se lance en une belle pirouette qui s’achève par un double coup de pied directement dans la tête du N-Kar Slice. Le robot est projeté au sol, l’un de ses yeux jaunes se fissurant et s’éteignant à jamais sous le choc. La machine pousse un hurlement strident tandis que Kyl, lui aussi retombé au sol, se redresse d’un bond, saisissant un autre disque d’argent accroché à sa veste dans le même mouvement. Il court en direction du N-Kar en faisant tournoyer cette arme circulaire entre ses doigts. Alors que la machine de mort commence à se redresser sur ses jambes, il envoi son disque avec une force et une précision inouïe. Celui-ci se plante dans l’épaule du N-Kar, fendant la base de son bras encore valide. Le robot, inconscient de sa fragilité, projette son fouet droit sur sa cible. Kyl fait un pas de côté pour esquiver les griffes avant d’agripper le membre dans le creux de son bras, tentant de le maintenir comme il peut. Mais l’alliage semble recouvert d’une pellicule luisante et glissante, qui rend impossible la moindre emprise sur lui. Kyl, qui comptait visiblement arracher à main nue le bras fragilisé de son adversaire affiche une mine dépitée.

(Kyl) : Merde. Je m’y attendais pas !

Le N-Kar, dont il ne reste plus qu’un œil jaune menaçant, pousse un cri quasiment victorieux en faisant bifurquer son bras, ramenant ses griffes tranchantes dans le dos de Kyl. Alors que celui-ci s’apprête à tomber au sol pour les esquiver, une ombre massive retombe sur le N-Kar. Une main titanesque, resserrée en un poing destructeur à la puissance au bas mot colossale, vient percuter le crâne du robot. Dire que la tête du N-Kar est pulvérisée sous la force du coup est un doux euphémisme : le poing la réduit en miettes avant d’éclater le cou la rattachant au plastron, qui lui-même est fauché, écrasé et démantelé, en un tas de petites pièces éparses qui retombent tout autour en une étrange pluie métallique, étincelante sous la lumière blafarde des néons bleus. Le peu qui reste encore du N-Kar retombe platement au sol, agité par quelques spasmes électriques. Au bout de ce poing divin se tient Madner qui écarte alors ses doigts, redonnant à son énorme main une forme un peu plus sereine. Kyl écarquille les yeux face à la brutalité, la force sauvage et l’absence totale d’hésitation de cet assaut précis, millimétré et destructeur. Il tourne son visage hagard en direction de Vladimir, pour voir ce qu’est devenu le N-Kar qui faisait barrage à l’approche du signe du Penseur. Il a visiblement subit le même traitement que son confrère, mais frappé en plein plastron, il a au moins eu la chance de conserver quelques morceaux supplémentaires de sa structure… qui ont été éparpillés sur trois mètres à la ronde.

(Kyl) : Alors vous, c’est simple… un coup, un mort.

(Madner) : Y a de l’idée.

Nor vient délicatement atterrir sur l’épaule de Kyl, lui lançant un regard de circonstance.

(Nor) : On dit « merci » au monsieur pour t’avoir sauvé la vie.

(Kyl) : Hein ?! J’aurais pu l’avoir seul !

Nor pousse un ricanement aigu mêlé d’un miaulement, ce qui produit un son pour le moins étrange.

(Nor) : Oui, oui ! Une fois de plus, je constate que quand je ne suis pas là pour t’aider, tu n’es capable de rien. Miahahahahaha !

(Kyl) : Tu te fiches de moi, crétin de chat ?

Et les deux amis de toujours repartent dans une de leur bagarre habituelle, ressemblant à un pugilat enfumé mêlé de cris, de coups de griffes et de battement d’ailes furieux. Madner détourne le regard en haussant les épaules, blasé de ce spectacle, pour voir arriver sa fille, qui lui offre un sourire triomphal.

(Dolémi) : Alors cette fois-ci, tu n’as plus rien à redire : je peux me charger de l’Hérétique toute seule !!

(Madner) : Je suis d’accord, seulement si tu laisses Kyl t’accompagner.

Dolémi jette un regard en coin au signe du Charme, qui a stoppé la bagarre à l’évocation de son nom, s’immobilisant dans une pause grotesque, la patte de son chat ailé enfoncée dans la narine droite. La jeune-fille retient un rire à cette vision et hoche doucement la tête.

(Dolémi) : Ça me va… mais en attendant, il faudrait voir quoi faire pour celui-ci.

Elle pointe Vladimir du doigt en affichant une grimace témoignant son inquiétude, ou tout du moins l’aspect peu engageant de l’état du signe du Penseur. Madner croise ses bras musculeux sur son torse, poussant un profond soupir d’inquiétude.

(Madner) : Je suis plus inquiet de l’avoir vu arriver seul… Le Rouge ne l’aurait pas laissé se débrouiller s’il avait pu l’éviter. Impossible qu’il se soit fait avoir par ces robots de pacotille… mais j’espère qu’il va bien.

(Le Rouge) : On parle de moi ?

Au détour de la ruelle, soutenu par un Rillian à l’air encore plus renfrogné que d’habitude, Le Rouge affiche un sourire convenu. Visiblement, il a retrouvé un peu de ses forces. Madner affiche une mine ravie, malgré la présence de Rillian dont il a l’air de se méfier.

(Madner) : Je suppose qu’étant donné qu’il t’a ramené jusqu’ici, ce n’est pas un ennemi ?

(Le Rouge) : Ce n’est pas à moi de répondre à cette question…

Rillian jette un regard circonspect en direction de toutes les personnes présentes, les scrutant silencieusement une à une, avant de porter ses yeux sur les restes démembrés et émiettés des N-Kar. Il s’arrête finalement sur le corps inanimé de Vladimir. Son expression immuable s’assombrit encore plus.

(Rillian) : Je crois que je vais avoir besoin d’en savoir un peu plus avant de me prononcer.

Chapitre 162 Chapitre 164

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict