Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 152

.:: Chapitre 152 ::.
Le Charme sous le charme

Sorti le 24/02/2011, compilé dans le Volume 17

Histoire :

Kyl pousse un long soupir de contentement en laissant retomber sa fourchette dans son assiette vide, encore entachée de quelques accumulations de sauces et de miettes de pain. Il se saisit ensuite du verre de bière à moitié vide qu’il lui reste, et le lape d’un trait. Il exprime ensuite toute sa béatitude en se laissant tomber mollement au fond de sa chaise, un sourire extatique imprimé sur le visage. Nor, lapant une petite gamelle de lait posé à son attention sur le bord du comptoir, jette un regard désespéré en direction de son acolyte. La taverne dans laquelle ils se trouvent est typique des brasseries d’Hydrapole. Un design intérieur se basant essentiellement sur le chrome et les couleurs argentées, des conduites apparentes et translucides au travers desquels s’écoule l’eau luminae (à l’étrange éclat bleu ardoise) en provenance d’Alterno, et qui sert d’alimentation basse consommation à la majorité des établissements publics de la ville. Le mobilier agençant la salle principale est tout en courbe et d’un design épuré et lumineux. Le confort semble vraiment optimal, car Kyl se laisse glisser de plus en plus profondément dans son siège, semblant prêt à s’endormir.

(Kyl) : Après un bon repas, une sieste s’impose.

D’un geste presque détaché, Nor plante ses griffes dans la cuisse de son maître. Celui-ci se redresse immédiatement en poussant un hurlement de douleur.

(Nor) : Tu te fiches de moi ou quoi ?

(Kyl) : NAN MAIS CA VA PAS, ESPECE DE CHAT DE MALHEUR !

Nor enfonce ses griffes plus profondément, poussant Kyl à se pincer les lèvres pour ne pas pousser un nouvel hurlement.

(Nor) : Tu tiens vraiment à attirer l’attention sur nous ?

(Kyl) : Abruti !! Si tu me plantais pas toutes les deux minutes, on passerait plus inaperçus.

Nor hoche la tête et retire ses griffes, laissant son associé pousser un soupir de soulagement.

(Nor) : Je te rappelle quand même qu’on est là pour trouver des informations sur ce Lloyd.

(Kyl) : Je sais, je sais, laisse moi faire.

Et Kyl se redresse d’un air sérieux et détendu, levant le bras pour attirer l’attention de la tenancière qui s’approche de lui avec un air un peu méfiant. Visiblement le tapage qu’il a produit ne lui a pas trop plu. Voyant son air inquiet, Kyl lui offre son sourire le plus délicat, ce qui a tout de même pour effet de la détendre quelque peu…

(Kyl) : Excusez moi, chère madame. Pourriez-vous m’indiquer la résidence de Lloyd Mihor ?

(Nor) : Abruti.

Et le chat ailé plante les griffes de ses deux pattes avant dans les fesses de son maître, le condamnant à la pire des grimaces possibles, celle d’un homme tentant de contenir un hurlement de souffrance tout en maintenant un sourire courtois. La tenancière le dévisage alors d’un air effaré, ne sachant pas trop comment prendre cette expression soudaine chez son client.

(Kyl) : Ex…cusez… moi… deux… p’tites… sec… secondes…

Kyl s’accroupit alors en attrapant son chat par la peau du cou, le détachant de ses fesses d’un geste sec avant de le replacer devant lui pour plonger son regard dans le sien.

(Kyl) : Nan mais tu peux me dire ce qui te prend ?! Crétin de chat !!

(Nor) : C’est plutôt toi le crétin, à demander ça de cette manière. Autant agiter un écriteau « je suis là pour buter Lloyd Mihor ». Y aura une enquête de faite à sa mort… tu veux y être associé ? Trop tard, abruti !

(Kyl) : J’t’emmerde, félin de mes deux.

Le félin en question réplique par une gifle griffue dans la face de son interlocuteur. Gros blanc de ce-dernier qui ne semble pas encore avoir réagit à cette agression… puis tout à coup il explose en un nouvel hurlement de douleur et se met à secouer Nor en tout sens par la peau du cou. Celui-ci réplique par de nombreux coups de griffes et la dispute finit par ressembler à un pugilat incompréhensible d’où ne ressortent qu’injures et cris de douleur. La tenancière jette un regard déphasé vers ce client turbulent, et retourne à ses occupations, apparemment pressée de quitter sa compagnie et sa conversation. Kyl tombe sur le dos, le visage balafré d’innombrables griffures lui donnant l’allure d’une grille de barbecue. Nor, se tenant triomphalement sur le torse de son adversaire, se retourne et redresse la queue afin de présenter son arrière-train au visage du perdant… geste d’humiliation suprême chez les chats.

(Nor) : Et maintenant la tenancière est partie, imbécile.

Kyl se redresse sur son séante, se tenant le menton entre les doigts d’un air réfléchi d’enquêteur. Il tente de faire bonne figure malgré les traces de lutte qui marquent encore son visage tuméfié.

(Kyl) : De toute manière, je suis persuadé qu’elle ne savait rien.

(Nor) : Et tu sors ça d’où, génie ?

(Kyl) : Intuition.

(Nor) : Elles nous ont mené loin jusqu’à présent, tes intuitions !

Kyl fronce les sourcils, dévisageant le chat ailé d’un air coléreux.

(Kyl) : Je sais pas ce qui me retiens de te botter le train.

Nor se contente de pousser un miaulement de contentement en présentant ses griffes sous le nez de son acolyte.

(Nor) : C’est sans doute ça, non ?

(Kyl) : Ouai, y a de l’idée.

Perdant son air assuré, Kyl abandonne finalement sa combativité et se redresse sur ses jambes, époussetant sa veste bleue d’un geste indifférent. Il tire quelques pièces de sa poche et les dépose sur le comptoir comme règlement à sa consommation. Nor vient se poser sur ses épaules, faisant fi des réactions de stupeur qu’un chat ailé parlant pourrait produire auprès des clients de la taverne.

(Kyl) : On va chercher par nous-mêmes, d’accord ?

(Nor) : C’est encore ce qu’il y a de mieux à faire.

Le chat pousse un soupir et Kyl commence à se diriger vers la sortie de la taverne. Tout à coup, Nor fait signe à son compagnon de s’arrêter et tend l’oreille.

(Kyl) : Qu’est ce qui se passe, Nor ?

(Nor) : Les deux individus étranges assis dans le fond… je suis quasiment sûr de les avoir entendu prononcer ton nom.

Kyl fronce les sourcils avec méfiance, se retournant en direction des personnes désignés par Nor. Au fond de la taverne, dans une alcôve creusée sous la plus étroite fenêtre de l’établissement, se tiennent deux personnes vêtus chacune de la même tenue bizarre : des capes du désert usées et des chapeaux à larges bords d’où retombent des bandelettes de tissus masquant leurs visages. L’une des personne est de très grande taille et de silhouette massive, l’autre, menue et nettement plus petite, tient près d’elle, calée contre sa chaise, une énorme calebasse en terre cuite à la fonction inconnue.

(Kyl) : On dirait des tenues de Miristi… ils ne risquent pas de passer inaperçu à Hydrapole en se parant comme des nomades du désert.

(Nor) : Tu ferais mieux de te méfier.

(Kyl) : On va vite en avoir le cœur net.

(Nor) : Hein ?!

Et sans réfléchir une seconde de plus, Kyl se dirige d’un pas assuré en direction de la table des deux étrangers. Ces-derniers tournent leurs visages masqués vers le jeune-homme qui vient vers eux. Kyl s’arrête au niveau de leur table, et croise fièrement ses bras sur son torse, affichant une assurance déconcertante en pareille situation.

(Kyl) : Excusez-moi, mais… vous parliez de moi, non ?

(Nor) : Quel abruti…

La plus grande des deux personnes se redresse sur ses jambes, dévoilant une taille encore plus impressionnante. Complètement surplombé par cette masse d’où se dégage une puissance effrayante, Kyl perd tout à coup son assurance affichée. L’inconnu retire son étrange chapeau à bandelettes de tissu, laissant apparaître le visage dur et buriné d’un homme d’âge mûr à l’air solide et sévère. Il a des cheveux noirs coiffés vers l’arrière en mèches multiples et assez longues. Par endroits, ses cheveux grisonnent, témoignant de l’expérience de cet homme qui paraît avoir vécu bien plus de choses que ce que son âge laisse paraître. Une barbe taillée en pointe encadre la partie inférieure de son visage, renforçant l’aspect féroce de son apparence. Ses yeux marron sont perçants et scrutent avec intensité tout ce sur quoi ils se posent. Enfin, malgré le manteau qui recouvre son corps, la musculature impressionnante de cet homme est clairement visible. Kyl reste abasourdi, c’est certainement la première fois qu’il voit un homme avec un corps aussi massivement taillé. Sa main immense vient soulever la bordure de son manteau, laissant apercevoir l’aspect assez rudimentaire de son habillement : un débardeur noir moulant tous les impressionnants muscles de son corps et un pantalon de toile marron attaché à sa taille étrangement svelte par une grosse ceinture à boucle. Seul élément réellement distinctif : les dog tags attachés à une chaîne d’argent autour de son cou. La main de ce géant se pose sur l’épaule de Kyl, qui appréhendait ce geste comme s’il allait prendre la dernière claque de sa vie... un simple coup qui aurait certainement suffit à lui briser toutes les vertèbres. 

(Madner) : Kyl Lysander, je présume ? Je m’appelle Madner. J’appartiens à une organisation nommée DERIBEDO. Ca fait un moment que je te cherche.

Kyl, complètement abasourdi, ne semble pas trouver les mots nécessaires à la constitution d’une réponse claire et construite. Comme s’il cherchait du secours dans le regard d’une autre personne, il porte son attention sur le second membre de cet improbable duo masqué. Répondant à ce mouvement, celui-ci se redresse et laisse tomber chapeau et cape sur sa chaise, dévoilant l’apparence fragile et magnifique d’une jeune femme dans la fleur de l’âge, à l’incomparable beauté. Sous sa cape, Dolémi porte en fait des vêtements relativement courts et exotiques. En haut, un débardeur de couleur noir, extrêmement resserré, qui ne semble finalement pas beaucoup plus long qu’un simple soutient gorge. Deux boucles d’aciers sont fixés sur ses côtés, rattachant de longues bandes de tissus noirs qui tombent sur ses cotés de manière esthétique. En guise de pantalon, elle n’a qu’un minishort en jeans maintenu par une ceinture émaillée. Par-dessus pendent des bretelles fixées à un sur-pantalon de toile brune qui couvre ses jambes à partir de mi-cuisse. Un étrange accoutrement, donc. De ses mains gantés de mitaines en cuir noir, elle ramène contre elle son étrange calebasse, assez haute pour monter jusqu’à son ventre. Kyl, ébahi par l’apparence étrange et gracieuse de Dolémi, reste coi. Celle-ci tourne un visage un peu agacé vers Madner.

(Dolémi) : Papa, abrèges ! Il faut encore que je trouve l’Hérétique après ça.

(Madner) : Chaque chose en son temps, Dolémi. Tu vois bien que je discute avec notre ami.

Dolémi tourne le visage vers l’ami en question et le scrute sous tous les angles d’un air méfiant et avisé.

(Dolémi) : C’est donc lui le Charme ? Maintenant que je le vois de plus près, je ne trouve pas qu’il corresponde si bien que ça à son Signe Alpha. Il a un air un peu demeuré.

(Kyl) : Hein ?!

Madner lance un regard sévère à sa fille qui le soutient sans broncher.

(Madner) : Ce n’est pas le moment de faire de la provocation, jeune fille. Déjà, t’afficher avec cette tenue aussi ouvertement indécente… tu sais bien ce que j’en pense !!

(Dolémi) : Ca va, ça va… tu veux que je remette mon manteau ? Tu sais bien que je ne supporte pas le contact des tissus sur ma peau.

Kyl, les épaules basses, dévisage ces deux individus d’un air dépité empli d’incompréhension.

(Kyl) : Heu… je vous dérange, peut être ?

Madner se retourne à nouveau vers lui d’un air un peu surpris, tentant d’afficher un sourire n’allant pas du tout avec son visage dur et buriné.

(Madner) : Ah, oui, désolé petit. Ecoutes, je vais faire court : on te cherche depuis un moment, ma fille et moi !

(Kyl) : Et je peux savoir pourquoi ?

(Dolémi) : Avant de t’en dire plus, donne moi ta main.

Et Kyl, visiblement sous le charme de la jeune femme, s’exécute sans discuter au grand dam de Nor qui manque de peu de lui enfoncer ses griffes dans l’épaule pour le faire réagir. D’un geste vif, et sans même que Kyl ait pu le voir venir, Dolémi lui pique le doigt avec un étrange appareil qu’elle vient de sortir de sa sacoche. Kyl retire sa main, désagréablement surpris.

(Kyl) : Hey, ça va pas ?

(Nor) : Vous voulez l’empoisonner ?

Madner et Dolémi écarquillent les yeux en entendant le chat prononcer ces paroles, ignorant sur le coup le résultat du test sanguin.

(Madner) : Ca alors, s’agit-il d’un familier ?

(Nor) : C’est pas la question ! Qu’est ce que vous lui avez fait avec cet engin ?

(Dolémi) : Rien du tout, il ne s’agit que d’un test vérificatif…

Et alors qu’elle prononce ces mots, l’écran à cristaux liquide de l’appareil se teinte de vert et le message « compatible » apparait en surbrillance. Dolémi hoche la tête en désactivant l’appareil avant de le ranger dans la sacoche dont elle l’avait extrait.

(Dolémi) : … qui est d’ailleurs positif.

(Madner) : Tu es donc bien le Signe du Charme.

Kyl soulève le sourcil d’un air dépité, pour souligner à quel point il ne comprend rien à tout ce charabia.

(Kyl) : Et qu’est ce que ça veut dire ?

(Dolémi) : Que tu vas devoir nous suivre.

Kyl la dévisage avec un air un peu effronté. La tournure des évènements ne semble pas aller en sa faveur, ce qui ne lui plaît pas particulièrement.

(Kyl) : Et si je refuse ?

Le sourire de Madner disparaît de son visage, et Kyl voit les muscles déjà hypertrophiés de son interlocuteur se gonfler encore plus sous son long manteau.

(Madner) : Alors on devra utiliser la force.

(Kyl) : Et si je suis plus fort que vous ?

Madner pousse un ricanement rocailleux.

(Madner) : Absolument impossible.

Soudain, et sans prévenir, le petit poing de Dolémi part sans prévenir et vient frapper le menton de son père avec toute la force  que la jeune fille semble pouvoir mobiliser. Plus surpris que véritablement touché, Madner fait un pas en arrière, tournant un visage extrêmement surpris vers sa fille, qui elle aussi affiche une expression d’incompréhension complète.

(Madner) : Aoutch ! Mais qu’est ce que tu fais ?!

(Dolémi) : Papa, désolé, je ne voulais pas… c’est parti tout seul !!

Nor fait alors un bond depuis l’épaule de son maître jusque sur sa tête, s’allongeant au milieu de sa tignasse blonde en pagaille. Le chat affiche alors une expression satisfaite.

(Nor) : Les bons combattants ont tendance à se prémunir contre les pouvoirs éventuels de leurs adversaires, mais se méfient rarement des chats.

Kyl remue la tête avec force pour déloger son compagnon félin.

(Kyl) : Débarque de là, tu vas me décoiffer.

(Nor) : Parce que tu appelles ça une coiffure ?

Nor obéit tout de même à son maître et déploie ses ailes pour voleter calmement jusqu’à la table voisine, tournant un visage satisfait vers les deux membres de la DERIBEDO qui le regardent d’un air surpris et interdit.

(Madner) : Alors c’est toi qui a fait ça ? C’est réellement impressionnant, mais maintenant qu’on connaît ton petit secret, on ne s’y laissera plus prendre. Pas vrai, Dolémi ?

Et Madner cherche du regard la jeune fille pour obtenir son aval, mais celle-ci n’est pas à ses côtés. Elle est en train de gratter le ventre de Nor qui s’offre totalement, ronronnant de plaisir sous ses caresses délicates et attendries.

(Dolémi) : Il est trop adorable, trop mignon, trop malin. Je veux l’adopter !!

(Madner) : Hum…

Kyl s’approche de Madner et lui murmure à l’oreille.

(Kyl) : J’aurais dis exactement la même chose concernant votre fille.

(Madner) : Tu veux que je te fracasse le crâne ?

Dolémi se redresse finalement et se retourne vers les deux autres, accueillant Nor sur son épaule comme s’il s’était agit depuis toujours de son perchoir.

(Kyl) : Faux-frère.

(Dolémi) : Allons, allons, il est évident qu’on ne règlera par cette affaire par la violence, pas vrai ?

Kyl pousse un soupir et hoche la tête pour appuyer les paroles de la jeune femme.

(Kyl) : Ecoutez, moi je suis prêt à vous accorder de mon temps, mais je dois d’abord m’acquitter d’une mission importante que je me suis fixée.

(Nor) : Regardez le se donner de grands airs. Dis plutôt que tu ne peux rien refuser à une fille.

Kyl le montre du doigt d’un air provocateur en gesticulant pour se défendre de cette idée.

(Kyl) : Qui c’est qui se laissait faire des papouilles y a pas dix secondes ?!

Madner se racle la gorge pour tenter de ramener l’attention sur des sujets importants.

(Madner) : Kyl, il n’est pas dans nos intentions de t’empêcher de vaquer à tes occupations, c’est seulement que ce que nous avons à t'expliquer est très important.

(Dolémi) : Laisse moi faire, papa. Je vais accompagner Kyl pour l’aider à mener à bien sa mission. Et comme ça, en retour ce sera à lui de nous aider, pas vrai ?

Elle tourne son visage vers Kyl pour obtenir son aval, et celui-ci ne trouve rien d’autre à répondre qu’un bête hochement de tête. Le jeune homme rougit devant les grands yeux verts et brillants de son interlocutrice. Il est visiblement sous le charme de son visage adorable et de son sourire franc et jovial. Dolémi semble ravie de cette prise de position et se tourne vers son père qui lui aussi semble satisfait de la tournure des évènements.

(Dolémi) : Et ce sera la preuve que je peux me débrouiller toute seule pour le Signe de l’Hérétique.

(Madner) : Tu es dure en affaire, pas vrai ?

(Dolémi) : Intraitable.

Et elle se détourne de son père en lui faisant un petit signe de main avant de s’approcher de Kyl au plus près, poussant celui-ci à faire un petit pas nerveux et gêné en arrière.

(Dolémi) : Bien, je vais t’aider à trouver ce Lloyd Mihor.

(Kyl) : Vous êtes au courant pour ça aussi ?

Dolémi étouffe un petit rire et prend le Signe du Charme par le bras pour se diriger avec lui vers la sortie de l’auberge.

(Dolémi) : Je vais tout t’expliquer en chemin.

Chapitre 151 Chapitre 153

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict