Ordo Xenos » Les Chapitres » Chapitre 135

.:: Chapitre 135 ::.
Dans la toile de l'Alchimiste

Sorti le 26/07/2010, compilé dans le Volume 15

Histoire :

Telziel ne perd pas une seconde pour se débattre de toute ses forces. D’un large mouvement du bras, il percute Lobo en plein visage, qui le laisse alors lourdement retomber au sol. Krokador s’empresse d’aider l’inspecteur à se redresser pendant que l’alchimiste se tient le nez en pouffant de rire.

(Lobo) : Fufufu. Celle-là je l’ai pas vu venir.

Telziel porte alors la main sous son long manteau et en extirpe son arme de service, qu’il a visiblement « oublié » de remettre à Todd au moment de son départ. Il la braque sur Lobo et s’apprête à appuyer sur la gâchette.

(Telziel) : Et celle-là, tu l’as vu ?

Il fait feu deux fois, sans autre forme de sommation, faisant fi des responsabilités que cela pourrait engendrer pour lui, maintenant qu’il ne fait plus partie de la Brigade. Krokador se bouche les oreilles, visiblement surprise, tandis que Lobo est projeté au sol, touché par les deux tirs. Telziel les a vu pénétrer la cible en plein poitrail, mais ne peut juger de la gravité des dégâts infligés à son agresseur. L’inspecteur se plaque soudain la main sur la bouche, comme s’il venait de réaliser ce qu’il venait de faire.

(Telziel) : Merde, j’aurais pas dû faire ça…

(Krokador) : Y t’avait piqué l’bras alors hein ! Puis ‘voulait m’tuer.

(Telziel) : Je sais bien, mais les choses se règlent pas comme ça en général.

Un rire sombre se fait alors entendre, coupant court à la discussion des deux alliés de circonstance. Les deux tournent un regard aussi surpris qu’effrayé vers l’origine de ce rire, qu’ils savent très bien être Lobo, malgré l'impossibilité de la chose. Même s’il n’avait pas été mortellement touché, il n’aurait certainement pas pu rire… et encore moins se redresser sans mal, comme il le fait sous leurs yeux ébahis. Lobo se caresse le poitrail, là où les deux balles étaient supposées l’avoir touché, mais il n’y a pas la moindre trace d’impact. Même le tissu est en parfait état.

(Lobo) : Joli tir, ex-inspecteur.

(Telziel) : Comment est-ce possible ? Je suis sûr de t’avoir touché.

(Lobo) : Black rope.

Des doigts tendus de Lobo s’extraient deux longs filaments noirs qui prennent l’aspect strié de solides cordes de cinq centimètres d’épaisseur. Elles sont projetées à une vitesse ahurissante sur Telziel, la première s’enroulant autour de ses mains, comme si elle était manipulée par l’air lui-même, la seconde autour de ses pieds. Telziel lâche son arme au sol tant ses mains sont serrés, et s’effondre au sol, incapable de garder son équilibre. Krokador reste bouché-bée, ne comprenant pas ce qui se passe.

(Telziel) : Mais qu’est ce que tu me veux, bon sang ?

(Lobo) : Je te veux toi. Vivant, bien entendu. Mais pas forcément conscient. Black hammer.

Une sorte de grosse matraque, couleur ébène, apparaît alors entre les mains de Lobo, semblant s’écouler de sous ses longs gants noirs. L’alchimiste s’avance d’un pas menaçant vers sa proie qui essaye de se débattre comme elle peut au sol. Mais Telziel est si bien ficelée par les cordes noires qu’il ne parvient qu’à se tortiller légèrement, et ce avec la plus grande des difficultés. Voyant que Lobo va certainement frapper son compagnon d’infortune avec son arme, Krokador s’interpose, le regard sombre.

(Krokador) : L’touche pas, ‘spèce d’ringard.

Lobo lui offre un sourire charmant en posant sa main sur sa tête, lui ébouriffant les cheveux. Krokador se fige à ce simple contact, tant la froideur du geste respire la mort.

(Lobo) : Où as-tu attrapé ce si détestable accent ? Je ne comprends rien quand tu me parles.

(Telziel) : Krokador !! Cours !!

Mais trop tard. Ce que Telziel a vu mais que la petite héroïne, trop concentrée sur le contact déplaisant de Lobo, n’a pas pu anticiper, s’abat sur elle à la vitesse de l’éclair. Le marteau de Lobo frappe durement sur le crâne de Krokador, l’envoyant valser au sol deux mètres plus loin dans un fracas tonitruant.

(Lobo) : Quel son délicieux. Elle a la tête dure.

Il se retourne ensuite vers Telziel qu’il attrape nonchalamment par les cheveux avant de redresses sa masse au-dessus de lui, prêt à l’assommer d’un seul coup puissant. Telziel ferme les yeux et serre les dents, anticipant le coup… qui finalement ne vient pas. Il rouvre juste les yeux pour voir Krokador administrer un coup de pied surpuissant dans les cotes de son adversaire, le faisant voler à son tour sur le côté. Telziel pousse un cri de douleur quand, dans ce mouvement, l’alchimiste lui arrache une touffe de cheveux. Beaucoup de sang s’écoule de la tête blessée de Krokador, inondant une bonne moitié de son visage. Mais ses yeux ne présentent aucun témoignage manifeste d’une quelconque douleur : c’est plutôt une rage bestiale et animale qui y brille. Telziel voit alors les marques sur les joues de la jeune fille grandir et s’étendre, autant vers le haut que vers le bas, tandis que ses crocs s’allongent, lui donnant une allure encore plus animale.

(Telziel) : Heu… Krokador ?

Elle ne tourne même pas son visage vers lui, se contentant de frapper vivement de la main, deux fois. Deux véritables rafales, comme le coup de griffes d’un ours énorme. Telziel regarde ses poings et ses pieds pour voir les cordes noires se détacher, tranchées nettes. Sur le côté, au même moment, Lobo se relève à son tour en se tenant les cotes, une expression un peu endolorie imprimée sur le visage. Il offre un sourire de circonstance à son bestial adversaire, mais dans ce sourire peut se lire une rage violente sur le point d’exploser.

(Lobo) : Si tu fais encore preuve d’une once d’intelligence, je te conseille vivement de fuir. Maintenant, tout de suite.

(Krokador) : Compte pas sur moi pour ça…

Même sa voix est devenue aussi rauque que celle d’un loup grognant. Telziel se redresse en récupérant son arme et fait deux pas en arrière, ne sachant pas trop quelle attitude adopter face à ces deux monstres prêts à se lancer l’un contre l’autre. C’est finalement Krokador qui se jette contre Lobo en vociférant comme une bête. L’alchimiste ne fait pas le moindre mouvement, ne semblant même pas vouloir bloquer ou éviter l’assaut. Le choc est violent, Lobo est projeté au sol, sur le dos, avec Krokador se tenant au dessus de lui, redressant ses mains devenues griffues, prête à lui administrer un ravalement de façade quelque peu ensanglanté. Mais l’alchimiste reste de marbre.

(Lobo) : Black web.

Une colonne de matière noire jaillit alors brusquement de la poitrine et du ventre de Lobo, se redressant comme un énorme jet d’eau sous pression. Krokador est projetée à presque trois mètres de hauteur sous la force de l’impact, avant de retomber au sol, roulant sur cinq mètres tout en tentant de conserver son équilibre. La colonne éclate à son sommet en une immense toile d’araignée noire dont les filaments retombent comme les flammèches d’un feu d’artifice macabre. Elles s’accrochent de toutes parts : au sol, sur les lampadaires, les façades des maisons avoisinantes. Cette toile géante d’un noir de geai obstrue la totalité de l’avenue, laissant Telziel abasourdi. D’un geste vif, Lobo décroche la base de cette toile de son propre corps dans un craquement gluant plutôt répugnant, après quoi il se redresse, calme et froid, comme si l’affaire était à présent pliée.

(Lobo) : Laissez moi vous offrir ce service spécial.

La toile commence à onduler et ses filaments à se détacher de leurs points d’accroche, leurs embouts se tournant vers Telziel et Krokador comme de sinistres têtes de serpents, animées d’une volonté propre… la volonté de tuer. Telziel sent le danger immédiatement, conscient de la supériorité de leur adversaire. Il agrippe Krokador par l’épaule. Celle-ci se retourne vivement vers lui, l’expression toujours aussi enragée, tant et si bien que l’ex-inspecteur se demande si elle parviendra à comprendre ce qu’il va lui dire.

(Telziel) : Faut ficher le camp, amène-toi !!

Telziel commence à courir, et au bout de quelques pas, comme il s’en doutait, Krokador ne lui suit pas, et reporte même son attention sur Lobo, sur lequel elle s’apprête à bondir à nouveau. Alors qu’elle lance son assaut, la toile finie par se détacher, l’un de ses filaments semblant prendre une conscience propre et se transformer en véritable lame acérée. L’arme noire vient couper la trajectoire de Krokador, qui l’esquive d’un bond sur le côté, souhaitant reprendre son assaut, mais une autre membrane est sur elle, la poussant à battre en retraite… droit sur la structure principale de la toile : Krokador est complètement encerclée et prisonnière. Le moindre geste risque de lui coûter la vie, et d’autres filaments noirs s’approchent, obstruant les quelques axes de sortie encore disponibles. La panique semble faire recouvrir la raison à la jeune fille, dont les tatouages reprennent peu à peu une taille normale, tout comme ses dents et ses griffes. Au même moment, Telziel se jette au milieu de cet entrelacement de fils noirs, rejoignant Krokador au cœur de la structure qui semble prête à s’effondrer sur eux. Il profite pleinement du fait que Lobo ne veuille pas le tuer pour s’infiltrer jusque là, car il sait qu’autrement, il aurait pu se faire tuer déjà dix fois tant le champ d’action de cette toile est large. Il attrape alors Krokador par les épaules, la soulève du sol sans lui laisser le temps de réagir, et la jette violemment en arrière, par le chemin qu’il a dégagé pour venir jusqu’ici, les filaments s’étant préalablement écartés pour l’éviter. Krokador atterrit au sol et fait quelques tonneaux avant de se redresser habilement. Les filaments sont en train de se refermer sur Telziel, qui lui lance un regard plutôt paisible pour une personne dans sa situation.

(Telziel) : Cours !! Cours jusqu’au QG de la Brigade Inquisitoriale, et dis leur ce qui s’est passé ici !

Alors qu’il lâche ces mots, la toile se referme complètement sur lui, prenant la forme d’une sphère parfaitement noire au contenu pourtant humain. Telziel disparaît du regard paniqué et peiné de Krokador, qui semble se sentir responsable de la situation de l’ex-inspecteur. Lobo apparaît derrière cet « œuf », un sourire au visage.

(Lobo) : Parce qu’il croit sincèrement que je vais te laisser faire le moindre geste ?

Krokador ne prend même pas la peine de répondre, se contentant de faire volte-face et de courir. Lobo tend le bras droit devant lui, comme s’il voulait viser.

(Lobo) : Black…

Mais il ne peut finir sa phrase : jaillissant de l’œuf comme une excroissance étrange et malhabile, le bras de Telziel se plaque devant son visage, sa main se refermant avec force sur sa bouche, l’empêchant d’achever son incantation. Le bras, recouvert de matière noire, tremble encore de l’effort qu’il a dû concentrer pour pouvoir traverser et s’extraire de cette mélasse alchimique. Lobo doit se débattre pendant presque cinq secondes avant de pouvoir se défaire de l’étreinte féroce et désespérée de Telziel, mais finalement il y parvient, se retournant vers l’œuf d’un air courroucé. Sans prendre le temps de punir Telziel pour sa « mutinerie », il se retourne vers Krokador… mais la fuyarde a bien profité de ces précieuses secondes pour disparaître du champ de vision de son adversaire. Lobo pousse un soupir et affiche un sourire glacial à l’encontre de l’œuf. D’un petit mouvement de la main, il ouvre une sorte de lucarne sur la surface du globe noir. Telziel se tient à l’intérieur, le toisant du regard.

(Lobo) : Je vais t’apprendre à te tenir tranquille.

Le poing de Lobo pénètre par la lucarne à la vitesse de l’éclair, frappant Telziel en pleine mâchoire avec une force inouïe. L’inspecteur s’effondre inconscient, glissant le long de la paroi noire pour se retrouver assit au fond.

(Lobo) : Visiblement, je crois que nous ne serrons pas amis.

Lobo retire sa main de l’ouverture, qu’il referme d’un geste vif. Après cela, il fait couler une nouvelle masse de cette matière noire de sa main.

(Lobo) : Black owl.

Comme la dernière fois, la masse s’anime pour prendre peu à peu la forme d’une énorme chouette sur le dos de laquelle Lobo bondit sans attendre, dans un mouvement traduisant son expérience dans le domaine. La chouette s’élève dans les airs, surplombant l’œuf sur lequel ses pattes viennent se poser. Les deux matières noires fusionnent alors en une seule, les pattes disparaissant dans la masse de la prison de Telziel. Lobo fait alors prendre son envol au volatile composite, s’éloignant bien vite au-delà des rues sombres d’Eidolon, emmenant avec lui le Signe du Téméraire…

A Hydrapole, dans le laboratoire de Yunda Oy, règne une effervescence qui pourrait faire croire qu’une fête est en train d’avoir lieu. Qui pourrait croire que seules deux personnes sont à l’origine d’un tel vacarme ? Faisant fi de toute prudence, Vladimir et Samantha sautent et dansent, s’étreignant en riant dans la plus grande euphorie. Les deux bouteilles de champagne vides qui trainent sur le bureau sont sans doute à l’origine de leur état second… mais leur euphorie est certainement due à ce qui trône à présent au milieu du liquide composant l’intérieur de l’énorme cylindre qui rempli l’espace, au fond du laboratoire.

Là où il n’y avait auparavant qu’une ébauche de squelette se tient à présent des chairs, de la peau, deux bras, deux jambes, un tronc, une poitrine, un cou… une tête. Une jeune fille d’à peu près seize ans flotte dans le liquide. Elle a l’air paisible, ce qui ne fait qu’ajouter à sa délicate beauté. De longs cheveux bruns, tirant un peu sur le roux, légèrement bouclés, flottent tout autour d’elle comme une aura de sainteté. Sa peau est fine et pâle, ses traits sont tout aussi fins, elle semble d’une fragilité cristalline. Qui pourrait penser que cette jeune fille, baignant paisiblement dans ce liquide qui lui a donné le jour, était auparavant une machine métallique indestructible et capable des pires carnages ? De fines bulles s’échappent de ses narines, preuve que la vie s’est insufflée dans ce corps créé à partir de rien.

Le boîtier indiquant la position d’Almee, mais surtout ses fonctions vitales à présent nulles, est toujours sur le côté, enfoui sous une tonne de paperasse… personne ne semble l’avoir pour l’instant remarqué. Ironiquement, lorsque la conscience émerge dans le nouveau corps de Oy, et que ses yeux d’un vert magnifique s’ouvrent pour la première fois sur le monde, c’est sur ce boîtier, dont elle ne connaît ni la fonction, ni l’importance, que son attention se porte et se focalise en premier lieu…

Chapitre 134 Chapitre 136

- Haut de la Page -

Valid XHTML 1.0 Strict